John Adams

John Adams était un homme politique américain et l’un des Pères Fondateurs des États-Unis. Il a servi de deuxième président des États-Unis, de 1797 à 1801. Adams était un défenseur de la Constitution et un ardent partisan de la séparation des pouvoirs. En tant que président, il a lutté pour maintenir la paix entre les États-Unis et la France. Adams a été battu pour la réélection par Thomas Jefferson en 1800. Après sa défaite, il est retourné à sa ferme dans le Massachusetts. Adams est mort le 4 juillet 1826, le 50e anniversaire de la déclaration d’indépendance des États-Unis.

Sa jeunesse et son éducation

John Adams est né le 30 octobre 1735 à Quincy, dans le Massachusetts. Il est le second des trois enfants de John Adams Sr. et de Susanna Boylston Adams. Sa famille était issue d’une longue lignée de pionniers puritains. Adams Sr. était un fermier et un cordonnier, tandis que sa mère était une femme au foyer.

Adams a été élevé dans une ferme et a appris à lire et à écrire à l’âge de six ans. À l’âge de dix ans, il a commencé à étudier les classiques avec un précepteur privé. À l’âge de quatorze ans, il a été envoyé au collège de Harvard. Il y a étudié les sciences, la philosophie et les langues anciennes. Il a obtenu son diplôme en 1755.

Après avoir quitté Harvard, Adams a enseigné un an dans une école de campagne. Ensuite, il a étudié la loi avec un avocat de Boston nommé James Putnam. En 1758, il a été admis au bar.

Sa carrière politique

John Adams est né le 30 octobre 1735 dans la ville de Quincy, dans le Massachusetts. Il était le fils aîné du fabricant de bateaux et de la maîtresse d’école Susanna Boylston Adams. Adams a étudié au collège Harvard, où il a obtenu son diplôme en 1755. Après avoir étudié le droit avec le célèbre juriste James Otis Jr. pendant trois ans, il a ouvert un cabinet d’avocats à Boston en 1758.

Adams a rapidement acquis une réputation de juriste compétent et a été admis au bar de la province du Massachusetts en 1761. En 1764, il a épousé Abigail Smith, une jeune femme de la haute société de Boston. Adams et Abigail ont eu six enfants, dont deux fils qui ont servi comme président des États-Unis : John Quincy Adams et Charles Adams.

Adams a été impliqué dans la vie politique de la colonie du Massachusetts dès le début des années 1760. En 1765, il a été nommé député à la Convention provinciale, où il a pris part à la rédaction de la Constitution provinciale. En 1770, il a été choisi comme l’un des défenseurs de l’imprimeur de Boston, John Adams, lors du procès de ce dernier pour diffamation. L’affaire a eu un impact profond sur Adams, qui a défendu avec succès l’imprimeur.

Adams a été élu député au Congrès continental en 1774, où il a pris part à la rédaction de la Déclaration d’indépendance des États-Unis. En 1776, il a été nommé commissaire plénipotentiaire des États-Unis auprès de la cour de France. En 1778, il a signé le Traité d’alliance entre les États-Unis et la France, qui a fourni une aide militaire et financière cruciale à l’armée américaine durant la Révolution américaine.

Adams est rentré aux États-Unis en 1779 et a été élu président du Congrès continental. En 1783, il a aidé à rédiger le Traité de paix entre les États-Unis et la Grande-Bretagne, qui a mis fin à la Révolution américaine. Adams a ensuite été élu deuxième président des États-Unis en 1796. En 1800, il a été battu par son ancien ami et collègue, Thomas Jefferson, lors de la course à la présidence. Adams est mort le 4 juillet 1826, à l’âge de 90 ans.

Ses réalisations en tant que président

John Adams est né le 30 octobre 1735 à Quincy, dans le Massachusetts. Il est le deuxième président des États-Unis, succédant à George Washington.

Adams a été un fervent défenseur de l’indépendance américaine et a joué un rôle important dans la rédaction de la Déclaration d’indépendance. Il a ensuite été l’un des principaux rédacteurs de la Constitution des États-Unis. Adams a été élu président en 1796 et a servi un mandat de quatre ans. En 1800, il a été battu par Thomas Jefferson lors de la course à la présidence. Adams est mort le 4 juillet 1826, 50 ans après la signature de la Déclaration d’indépendance.

Sa vie privée

John Adams, né le 30 octobre 1735 à Quincy (Massachusetts) et mort le 4 juillet 1826 à Quincy, est un juriste, homme d’État et penseur politique américain, deuxième président des États-Unis (1797-1801). Fils d’un cultivateur et d’une maîtresse d’école, John Adams suit des études de droit et devient avocat.

Sa mort et son héritage

John Adams est né le 30 octobre 1735 à Quincy, Massachusetts. Il était le deuxième enfant et premier fils de John Adams Sr. et Susanna Boylston Adams. Adams a été élevé dans une famille puritaine et a été instruit à la maison par son père. En 1751, il a étudié une année à Harvard, puis est devenu avocat.

Adams a été l’un des premiers défenseurs de la liberté de la presse et de la liberté d’expression. Il a également soutenu les droits des femmes et des minorités. En 1770, il a défendu les soldats britanniques accusés du massacre de Boston. En 1776, il a été l’un des signataires de la Déclaration d’Indépendance des États-Unis.

Adams a été nommé ministre plénipotentiaire des États-Unis en Europe en 1778. En 1779, il a négocié le traité d’alliance avec la France. En 1783, il a aidé à la négociation du traité de paix avec la Grande-Bretagne.

De 1785 à 1788, Adams a été le premier ambassadeur des États-Unis en Grande-Bretagne. En 1789, il est rentré aux États-Unis et a été élu vice-président. En 1797, il est devenu président des États-Unis.

Adams a été battu par Thomas Jefferson en 1800. Il a quitté la politique active après sa défaite. Adams a passé les 18 dernières années de sa vie à Quincy. Il est mort le 4 juillet 1826, 50 ans après la signature de la Déclaration d’Indépendance.

Adams a laissé une riche et importante légion. Il est considéré comme l’un des Pères Fondateurs des États-Unis. Ses idées et ses principes ont guidé la nation pendant ses premières années. Adams a été un défenseur de la liberté et de l’égalité. Il a également joué un rôle important dans la négociation des traités de paix avec la Grande-Bretagne et la France.

John Adams était un membre fondateur des États-Unis d’Amérique. Fils d’un artisan, Adams travailla dans l’entreprise familiale avant de poursuivre des études de droit. Il fut l’un des avocats les plus renommés de la Nouvelle-Angleterre et devint l’un des plus célèbres défenseurs de la liberté de.

La fin de la vie de John Adams. La vie de John Adams se termine en 1826, à l’âge de 90 ans. Son épouse a déjà disparu quatre ans plus tôt. John Adams meurt le 4 juillet 1826, le 50e anniversaire de l’indépendance des États-Unis, à la même heure que Thomas Jefferson. Il est enterré au cimetière de Quincy, Massachusetts. Sa sépulture est située à côté de celle de son. John Adams s’est rendu en France au début de la Révolution pour négocier des aides financières et militaires. Après des débuts difficiles, il finit par être admis dans le cercle des philosophes français, rencontrant notamment Voltaire. Il revient aux États-Unis en 1789. Il est alors élu vice-président des États-Unis. De 1797 à 1801, il est le deuxième président des États-Unis.

Bien que John Adams fut l’un des membres fondateurs des États-Unis, il n’a pas connu l’immortalité de son épouse, Abigail. Elle est morte dix-huit ans avant lui, en 1818, à l’âge de 73. Deux de leurs quatre enfants, Abigail et Charles, sont morts jeunes. Leur fils aîné, John Quincy, est devenu le sixième président des États-Unis, de 1825 à 1829. Leur fille

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.